267 – Les racines

Et si on faisait un détour ce soir.

Si on s’arrêtait sur une plage de galets normande, face à la mer. Les eaux houleuses sont chargés de sable et de sédiments.

Le coucher de soleil, perçant entre les nuages, baigne l’ensemble d’une douce chaleur.

Les goélands me regardent. Il n’y a personne, seulement la mer et moi.

Fermer les yeux, respirer, se sentir ancré dans le sol, comme enraciné.

Des racines de béton…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *